Jeux de dating sim gratuit

Cela peut paraître peu, mais pour un jeu de drague pur et dur, c'est tout de même un joli score.

Le de Love Plus s'est développé tellement vite que le jeu a même déjà eu droit à son only event, ces sortes de mini-conventions thématiques dédiées en général à une seule série d'anime, manga ou jeu vidéo, ou encore à un thème bien spécifique.

En hiver, le joueur verra Nene se réchauffer les mains à l'extérieur du restaurant où elle travaille. Comme toute dating sim qui se respecte, on peut également débloquer des illustrations suivant certains événements, qui dépendent ici non seulement de la saison mais aussi des activités (étudier, faire du sport, etc.).

Par exemple, lancer le jeu en été permet de rencontrer pour la première fois Manaka lorsqu’elle sert du thé.Si on le lance en automne, Manaka sera en train de balayer les feuilles dans la cour de l’école.Le magazine proposait en fait un article sur le "moe" et sur ce type de jeu bien particulier, la sortie de Love Plus coïncidant presque avec deux autre titres dédiés eux aussi au public otaku : Dream C Club sur Xbox 360 et The [email protected] : Dearly Stars sur Nintendo DS.A ce jour, plus de 150 000 exemplaires du jeu ont été vendus (dont 45 000 la première semaine), avec des ventes qui sont restées assez constantes.Et rares sont ceux qui arrivent à intéresser un tant soit peu le grand public ou à être vraiment connu de ce dernier.

Une dating sim n'est pourtant qu'un style de jeu qui pourrait être comparé à un manga ou un anime dont on est le héros, mais Love Plus semble avoir poussé le concept tellement plus loin que la phrase qui revient assez souvent sur certains forums japonais est "pourquoi avoir besoin d'une véritable petite amie quand on possède Love Plus ?

Car ce qui m'avait surtout frappée en jouant la première fois à Love Plus, c'est son énorme ressemblance avec les derniers volets en date de Tokimemo (notamment la série des, sur PS2 et DS) : son interface, ses bruitages, ses musiques, le design SD des personnages...

Tout y est identique et rappelle l’autre série de jeux de drague de Konami.

Mais le jeu s’avère être donc tout à fait différent dans sa deuxième partie, après la confession de la part de l’une des héroïnes : le véritable potentiel de Love Plus se trouve en fait après que le héros, c’est-à-dire le joueur, a réussi à faire en sorte que l’une des filles soit devenue sa petite amie.

Le jeu commence comme une dating sim normale, avec des options des plus basiques et où on ne peut pas dire que l’on ait énormément de choix, puisque les statistiques sont divisées en seulement quatre catégories que l’on augmente cette fois-ci par journée et non par semaine : Sport, Intelligence, Sens et Charme.

La ressemblance n’est donc pas fortuite, mais à ce moment-là je me suis même carrément demandée pourquoi ils n’ont pas appelé leur jeu Tokimeki Memorial 4...